Cliquez ici pour voir la version web

Bannière micheldogna.fr

ENDOMETRIOSE

Il m’arrive de plus en plus souvent de recevoir des demandes d’aide concernant ce problème, vu que les différentes propositions de la médecine ne satisfont pas forcément les patientes atteintes d’endométriose.

J’ai appris qu’il y a actuellement une recrudescence importante de cette affection chez des femmes de plus en plus jeunes. A n’en point douter, cela doit résulter des retombées des multiples pollutions qui s’aggravent et se diversifient de jour en jour, en particulier au niveau de l’alimentation.

Ces femmes me disent avoir cherché dans les archives de mes journaux et dans mes ouvrages, mais n’ont rien trouvé. C’est normal puisque je n’avais jusqu’ici rien écrit sur ce sujet ; d’où mon initiative de cet article.

Définitions préalables

L'endométriose n'est pas une maladie mortelle. Ce processus ressemble à un cancer, mais l'endométriose n'est pas une affection cancéreuse. Parmi les femmes de 25 à 44 ans qui sont régulièrement menstruées, environ 10% à 15% souffrent d'endométriose. Environ le quart des femmes stériles en sont atteintes. A noter que la ménopause, caractérisée par l'absence de règles, stoppe l'évolution de l'endométriose.

L'endomètre est le tissu qui tapisse la paroi interne de l'utérus. C'est ce tissu qui est expulsé chaque mois au cours des menstruations. Chaque mois, il s'épaissit rapidement en prévision d'une grossesse, et si la grossesse ne survient pas, le tissu excédentaire de l'endomètre est alors évacué pendant les menstruations.

En cas d'endométriose, certaines de ces cellules endométriales se propagent à l'extérieur de l'utérus, ou vers d'autres parties de l'abdomen. Elles adhèrent alors à d'autres tissus (rectum, colon, vessie, estomac, ovaires, péritoine, et même poumons, cerveau) et commencent parfois à se multiplier sous forme de filaments de type cicatriciel. Quelquefois, ces cellules endométriales forment un kyste qui peut éclater et saigner.

Or, ces cellules migrantes réagissent aux hormones féminines de la même manière que celles de l'endomètre. Donc, chaque mois, le tissu exporté épaissit, se décompose et est expulsé. À la différence des cellules qui tapissent la paroi de l'utérus, le problème est que le sang et les tissus qui se répandent dans l'abdomen ne trouvent pas d'issue pour quitter l'organisme…

Indicateurs d'une endométriose possible

  • Accroissement de la quantité de règles,
  • Brûlure urinaire, sang dans les urines,
  • Cycles avec des règles longues, plus de 8 jours,
  • Défécations douloureuses durant les règles,
  • Douleurs pelviennes,
  • Fatigue et essoufflement facile,
  • Infertilité : la maladie est souvent révélée à l’occasion d’un bilan de fertilité,
  • Lombalgie, sciatique ou cruralgie (irradiant dans la jambe),
  • Menstruations douloureuses, la douleur survenant généralement au deuxième jour des règles, puis allant en s'aggravant progressivement,
  • Saignements prémenstruels (métrorragie, rectorragie),
  • Sensation désagréable et profonde dans le bassin.

D'autres symptômes peuvent survenir pendant la phase située autour de l'ovulation (parfois sans aucun rapport avec le cycle menstruel) :

  • Douleurs déclenchées par un changement de position (s'asseoir).
  • Douleurs pendant les rapports sexuels, avec irradiation vers l'arrière du bassin.
  • Douleurs dans le cerveau ou les poumons, (dues à la migration de fragments de muqueuse utérine).

L'apparition des douleurs, leur répétition et leur caractère progressif peuvent mettre sur la voie du diagnostic d'endométriose.

Les propositions de la médecine officielle

En clair la médecine officielle ne sait pas guérir ce syndrome. Aussi elle ne propose que deux moyens :

1 ¤   Traitement hormonal qui déclenche une ménopause artificielle – puisque l’on a vu que l’endométriose est stoppée après l’installation de la ménopause. Problème : le résultat ne vaut que pendant l’hormonothérapie, et cesse dès l’arrêt du traitement.

2 ¤   La solution la plus utilisée est la chirurgie qui est offerte sous deux formes :
   - Eradication sélective du ou des foyers migrants gênants,
   - Suppression totale de tout l’endomètre ce qui entraîne évidemment une stérilisation définitive de la patiente. Mais l’efficacité est dans ce cas de 100%.

Du côté médecines alternatives

Les propositions dans ce domaine sont bien sûr non invasives. Je n’ai pas eu de cas à traiter récemment avec les moyens dont je dispose actuellement ; et c’est pour cela que je n’avais pas édité d’article sur ce sujet. En tant que praticien de médecine globale et holistique, je pars du principe - n’étant pas le seul à le partager - que l’intoxication profonde est la mère de la plupart des maux, et que c’est simplement en nettoyant l’organisme que l’on ouvre la porte à toutes les guérisons.

C’est pour cela que j’ai retenu en premier lieu :

1 ¤ 
CURE BREUSS de 42 jours -  L’on pourrait s’étonner que cette cure réputée pour guérir le cancer depuis plus de 300 ans, soit prescrite pour un problème qui n’est pas un cancer. Mais c’est oublier que la cure Breuss est multifonctions.
Rappel : Tous les détails de cette cure sont dans mon e-book gratuit "CANCERS guérir hors protocoles" téléchargeable sur mon site
www.micheldogna.fr

Traitement des effets collatéraux

Douleur au ventre :

¤  COLOCYNTHIS 9 CH - 25 gouttes à la demande. Flacon 60 ml
Cde : Pharmacie de l’Europe 
www.pharmaciehomeo.com     01 48 74 74 91                


¤  SERVIETTE HUMIDE TRES CHAUDE SUR LE VENTRE sur le bas-ventre - durée 20 min - Rien n’est plus  simple – avec soulagement immédiat - et en plus c’est presque gratuit !
Soit on réchauffe la serviette toutes les 5 minutes, soit on met une bouillotte par-dessus.

Pertes importantes de sang :

CHINA 9 CH - 20 gouttes avant les repas. Flacon 60 ml

Cde : Pharmacie de l’Europe  www.pharmaciehomeo.com     01 48 74 74 91                


Par ailleurs, l’insuffisance en hémoglobine et en fer circulant crée une carence en oxygénation, d’où essoufflement au moindre effort. En attendant la cautérisation des sites atteints, il est bon de prendre :

Pour être simple : Rudolph Steiner recommandait de mettre un clou dans une pomme pendant une nuit puis de manger la pomme. Sinon un clou dans un verre d’eau et boire l’eau...

Mais aussi :

Phycocyanine - soit le Soleil Bleu - soit pour les cas graves avec la Christocyanine :

https://www.apoticaria.com/produit-94-soleil-bleu-phycocyanine.html?aa=SB15

Gros déficit de fer : 6 compr par jour                et aussi :
FERALIM

Cde :  www.lorica.fr           05 49 05 74 50
 

 

 

Ne manquez plus une seule news, souscrivez gratuitement à notre flux RSS et restez informé(e) dès que nous envoyons une campagne. Cette option vous est désormais ouverte si vous préférez les flux RSS aux courriel (ou même les deux).
Pour cela, il suffit de cliquer sur l'image ci-dessous et de suivre les instructions.

Abonnez-vous au flux RSS de la news de Michel Dogna

 

Impostures légales contre la Vie - De Michel Dogna et Anne Françoise L'Hôte - 374 pages

En dépit de réglementations qui se veulent rassurantes, de multiples impostures contre la santé sont tapies derrière des produits que nous consommons habituellement, et dans les environnements que nous subissons 24 heures sur 24.  Lire la suite...

Imposture légale contre la vie. De Michel Dogna et Anne Françoise l'Hote

 

 


Vous recevez ce message parce que vous êtes inscrit à la Lettre de Michel Dogna.
Merci d'enregistrer notre adresse lettre@contrinfos.fr comme expéditeur autorisé afin de continuer à recevoir nos courriels. 

Conformément à la nouvelle loi RGPD (règlement général sur la protection des données applicable depuis le 28 mai 2018) de la CNIL relatif au Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016, vous disposez d'un droit de rectification, à l'oubli, à la portabilité, d'opposition ou d'accès de vos données. Si vous souhaitez continuer à recevoir la lettre de Michel Dogna merci de confirmer votre consentement en cliquant ici   

Pour toute nouvelle inscription à la lettre de Michel Dogna, c'est ici


Si vous désirez ne plus recevoir de courriel, désinscrivez-vous ici